lundi 29 mars 2010

Un film dont vous êtes le héros

Je viens de terminer Heavy Rain sur Playstation 3 et je dois dire que c'est un des jeux les plus inventifs que j'ai vu depuis longtemps.

Il s'agit d'une histoire d'enquête-meurtre-mystère où le joueur incarne les quatre personnages principaux tour-à-tour. Ce qui en fait un jeu carrément révolutionnaire est le fait qu'il n'y a à peu près rien qui ne soit directement relié à l'histoire... Je veux dire par là que ça n'est pas un jeu où on doit vaincre vague après vague de méchants qui veulent notre peau. Pas de points de vie, d'équipement, de niveau, d'expérience ou de caractéristique... Comment ça marche, alors?

L'histoire se déroule comme un film interactif. Lorsqu'on passe à proximité d'éléments du décor avec lequel on peut interagir, ou si l'action nous demande d'accomplir quelque chose, on voit apparaître la commande à l'écran (généralement un bouton, parfois une combinaison de boutons, un coup de manette à donner, etc.). Ces principes en apparence simple changent toute l'expérience du jeu... Par exemple, durant un combat, on peut voir apparaître X (référant au bouton marqué du même signe) avec un compteur qui disparaît vite... On doit appuyer sur X pour éviter le coup qui s'en vient dans notre direction. O apparaît: on appuie sur O pour donner un coup de poing. L'adversaire nous lance une bouteille par la tête alors qu'on nous signale qu'il faut se baisser. Vite! Un coup de manette vers le bas! Lorsqu'il y a des dialogues, on voit les options flotter autour de la tête des personnages avec le bouton correspondant. On peut donc décider de la "personnalité" de nos protagonistes.

Ça peut sembler banal comparativement aux combos des jeux axés sur le combat, mais c'est là que vient jouer l'élément supplémentaire... Chaque personnage vit mais peut mourir, et à moins de tricher en rechargeant le jeu, chaque scène n'arrive qu'une fois... Et on doit vivre avec les conséquences jusqu'à la fin de l'histoire.

Il paraît qu'il y a 22 scènes finales possibles selon la manière dont les 4 personnages s'en sortent... Évidemment, mourir met un point final à la contribution de ce personnage-là... Et ceux qui n'ont pas résolu l'enquête sont laissés derrière pour la scène finale.

Le tout donne un rapport complètement différent à l'expérience de jeu... Plutôt que passer à travers des millions de méchants aussi remplaçables qu'ils sont monstrueux, chaque confrontation compte vraiment. Sans compter certaines situations problématiques qui ne sont pas des combats mais qui ne sont pas moins stressants, de véritables situations de vie ou de mort pour un personnage... On en vient à ne plus vouloir cligner des yeux de peur de manquer une manoeuvre cruciale. La musique, l'image et l'intrigue sont excellents, ce qui donne vraiment envie de s'y plonger complètement.

Sur le plan négatif, on ne peut pas dire que les contrôles soient les meilleurs... Il est arrivé que la police mette le grappin sur mon personnage simplement parce que je ne réussissais pas à le diriger correctement dans sa fuite... Certains verront aussi des épisodes triviaux dans l'histoire. Qui peut dire avoir joué à un jeu où on devait se raser, attacher un noeud de cravate, changer la couche d'un bébé... Personnellement, je trouve que ce dernier point n'enlève rien à l'expérience... c'est même cocasse. Mais si les cut scenes vous sont pénibles, vous voudrez mourir avant peu!

Le jeu prend 10-12h à traverser, beaucoup moins que d'autres. Mais l'histoire nous accroche et le système du jeu nous donne l'impression de décider de la scénarisation en temps réel d'un film... Un tour de force qui ne manquera pas de faire des petits.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire