dimanche 27 juin 2010

Épisode 126 : Révélations, 3e partie


Édouard devait être en train de rêver. Ses paupières battaient de fatigue comme les ailes d’un papillon. Le cuir du siège dans son dos paraissait irréel, pas moins que la présence de l’homme de la photo… Il connaissait son nom… Le nom de l’homme à la photo… sur le bout de la langue…
« Monsieur Gauss, auriez-vous l’amabilité de m’expliquer ce que signifie ceci? » Le passager de la limousine tenait l’un des posters à son effigie qu’Édouard avait affichés partout dans le quartier. « C’est bien votre numéro qui est indiqué ici, je ne me trompe pas?
— C’est exact.
— Nous ne nous connaissons pas; que voulez-vous accomplir en diffusant pareil avis de recherche?
— Je voulais comprendre…
— Comprendre quoi?
— …comprendre ce qui s’est passé lorsque je me suis approché de votre bureau… » Soudainement, Édouard se souvint du nom de l’homme. La chaleur et l’hilarité que le divin liquide lui avait procurées réapparurent en une brève vague. Tout sourire, il s’exclama : « Gordon! »
« Qui vous a dit mon nom? 
— C’est Eleftherios… J’ai vu Hoshmand, mais Hoshmand n’est pas important… » Les détails de sa rencontre avec Eleftherios / Aleksi lui paraissaient déjà flous… « Il s’intéresse à moi… J’ai compris maintenant… Le pouvoir infini… Exposer ses rivaux… » Plus il essayait de les mettre en forme, plus les idées s’emmêlaient et devenaient difficiles à saisir dans leur évanescence.
Gordon cacha sa surprise derrière de longues secondes de silence. « Est-ce qu’il vous a fait une offre?
— Il m’a dit qu’il m’expliquerait tout… Que nous aurions cette conversation une autre fois… Il m’a montré ses pouvoirs…
— Il n’a pas perdu de temps! Eh bien, monsieur Gauss, s’il a décidé qu’il vous initierait, nous n’avons plus besoin de ces cachotteries… Bienvenue parmi nous. Même si j’ai été plutôt agacé par votre surveillance, je dois saluer votre ténacité! Je préfère encore que votre persévérance soit mise à profit auprès des nôtres – surtout considérant que votre curiosité aurait pu menacer votre santé… Mais tout ça est du passé!  Vous semblez tomber de fatigue, je ne vous retiendrai pas plus longtemps. Étudiez bien et peut-être pourrai-je un jour contribuer à votre formation. La moindre des choses qu’on puisse dire, c’est que vous avez su attirer mon attention! »
Sans répondre, sans même sourire, Édouard quitta la limousine et monta jusqu’à sa chambre. Il n’avait jamais autant voulu dormir de toute sa vie.

Il se réveilla confus, surpris de se découvrir au lit. Il n’avait aucune idée de la manière dont la journée précédente s’était terminée. Un tour de son appartement lui fit découvrir quelques étrangetés… Alors qu’il avait l’habitude de ranger ses vêtements aussitôt dévêtu, ce qu’il portait la veille se retrouvait pêle-mêle par terre au milieu de la chambre – bottes et veste d’hiver incluses. L’écran de son ordinateur lui fournit le fil d’Ariane qui lui permit un premier pas vers la compréhension : l’affiche AVEZ-VOUS VU CET HOMME? y était encore visible.
Est-ce que sa démarche proactive avait porté fruit? Est-ce que c’était la raison pour laquelle il ne restait de la veille qu’un vide, un voile parfaitement opaque?
Un déclic se fit dans son esprit. J’avais prévu que ça puisse se passer ainsi…
Il fondit dans sa pile de linge pour trouver son téléphone avec un mélange d’excitation et d’appréhension. Il ne se souvenait pas dans quelles circonstances, mais l’application Magnétophone avait été activée; il tenait entre les mains un enregistrement de tout ce qui s’était produit en sa présence durant les quatorze dernières heures.
Le cœur battant, il plongea dans le mystère de tout ce temps qui échappait désormais à sa conscience.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire