dimanche 2 septembre 2012

Le Noeud Gordien, épisode 236 : Ascendant

Gordon et Avramopoulos restèrent assis pendant que les autres quittèrent la table de Lev Lytvyn. La dernière d’entre eux fut Catherine Mandeville; Gordon se leva pour lui faire la bise, mais Avramopoulos se contenta de lui décrocher un sourire sardonique. Il la voyait de plus en plus comme un invité collant qui s’invite pour quelques petits jours qui se transforment en longs mois… Et tout portait à croire qu’elle continuerait à fréquenter La Cité et tourner autour de ses affaires.
Avramopoulos devait être celui qui s’attristait le moins de la disparition de Paicheler. D’autres pouvaient craindre la perte d’une initiée savante, d’une chercheuse chevronnée, mais il était convaincu que tout ce qu’elle avait pu réaliser était à sa portée à lui aussi – par opposition à Kuhn, par exemple. Une partie de lui allait jusqu’à penser que si la zone radiesthésique lui avait fait perdre le contrôle, c’était bien fait pour elle. Elle n’aurait jamais dû faire de magie en premier lieu.
Il pensa une fois de plus que la racine de son déplaisir, le péché originel commis par ses pairs avait été d’introduire des femmes dans leur confrérie. Deux des Seize étaient des femmes, et sans surprise, elles tendaient à initier des femmes à leur tour, sans compter Espinosa et Polkinghorne qui s’étaient joints au mouvement et qui se pâmaient pour cette garce mal élevée… Et Tricane n’était-elle pas l’illustration parfaite qu’il avait raison?
« Tu voulais me voir », lui dit simplement Gordon après le départ de Catherine.
« Il faut qu’on se parle. » Il se resservit du thé en laissant la conversation en suspens. Avramopoulos aurait voulu le stresser un peu en ouvrant avec ces paroles qui, le plus souvent, préludaient les discussions les plus sérieuses; qui sait ce qui se passait derrière la façade stoïque de Gordon, derrière son sourire de bouddha?
« Parler de quoi donc?
— De la Joute. Nous sommes dans une impasse. »
Gordon croisa les bras. « C’est-à-dire?
— Déjà que nous jouons ce tour avec un seul lieutenant, il a fallu que le mien devienne… handicapé!
— M. Hoshmand est un homme très capable. Je suis convaincu que…
— Gordon. Cesse de jouer. Tu sais que je l’ai chassé.
— Ta façon de traiter tes lieutenants te regarde », répondit-il. « Qui a gagné ce round, dans le cercle?
— Ce n’est pas ce…
— J’ai gagné, tes lieutenants doivent relever mon défi.
— C’est ce que je dis, merde! Je n’ai plus de lieutenant. »
Gordon lui répondit avec un sourire haïssable. « Tu peux toujours me concéder la victoire...
— Pffff. Je propose plutôt que nous annulions ce tour. » Gordon haussa le sourcil. « Le règlement ne dit rien par rapport aux événements récents. Je crois qu’une reprise est justifiée.
— Pas du tout », rétorqua Gordon. « Mais bien essayé. Je te propose de continuer, mais je te permets de remplace Hoshmand par Polkinghorne pour la suite.
— Polkinghorne n’était pas autour du cercle. Il ne pourra pas encaisser sa récompense.
— C’est ton problème, pas le mien. Je suis certain que tu peux lui offrir quelque faveur en échange. »
Il fallait le reconnaître, c’était mieux que rien. Avramopoulos finit par acquiescer. Il allait se lever lorsque Gordon dit : « Attends,  ce n’est pas tout.
— Quoi?
— J’ai réfléchi. Trois faveurs pour un secret.
— Lequel?
— Je veux connaître la méthode par laquelle tu es passé du corps du vieil Eleftherios à celui du jeune Aleksi. »
Une sensation plaisante traversa le corps d’Eleftherios, au moins autant physique que morale. L’ascendant. La position avantageuse. « Je vais y penser », dit-il malgré sa décision déjà prise. Trois faveurs pouvait représenter un levier notable en temps de Joute, plus encore dans une période pleine d’incertitude où des initiés – et pas les moindres – pouvaient apparemment exploser, se faire défoncer le crâne ou se retrouver sans pouvoir.
Personne d’autre ne comprenait le mécanisme de cette grande innovation. Il détenait donc une position avantageuse sur tout le monde… Jusqu’à ce qu’il partage son secret.
Gordon hocha la tête, apparemment satisfait que son offre soit considérée. Il s’en alla ensuite, laissant Avramopoulos seul avec ses pensées mesquines.  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire