dimanche 23 octobre 2016

Le Nœud Gordien, épisode 443 : Frappe

Les lumières des gyrophares tapissaient les façades du quartier qu’on devinait paisible d’ordinaire. La météo annonçait du beau temps pour la journée, mais l’atmosphère était saturée d’un crachin dense qui ne mouillait pas moins qu’une vraie pluie. Le soleil n’était pas encore levé; aux alentours, des voisins en robe de chambre lorgnaient la scène à travers les rideaux de leur maison. Quelques-uns, plus hardis, s’étaient rassemblés à quelques pas du périmètre de sécurité tracé par les habituels rubans jaunes.
C’est sur cette scène que Claude Sutton et le lieutenant Caron débarquèrent. Un agent vint les accueillir à la sortie de leur voiture. Caron en vint aux faits en un mot : « Alors?
— L’appel a eu lieu un peu avant quatre heures du matin. Des voisins ont rapporté des coups de feu. » Le policier, un jeunot, était nerveux. Claude ne pouvait pas dire si c’était parce qu’il s’adressait à un directeur d’unité –  une rareté sur le terrain –  ou au sévère lieutenant Caron.
« On parle de combien de tirs?
— Une vraie fusillade, répondit-il. La porte a été forcée, comme vous pouvez voir. »
Forcée? Détruite aurait été plus juste. Des éclats de bois recouvraient un demi-cercle de plus de deux mètres de l’autre côté du seuil. Surpris, Caron demanda : « Coudonc, est-ce qu’y ont pris une grenade? Un bazooka? »
L’agent haussa les épaules. « Les gars du laboratoire disent qu’il va falloir attendre leur analyse.
— Bref, ils ne savent pas, rétorqua le lieutenant. On peut entrer? »
L’agent hésita, craignant peut-être que la question soit une mise à l’épreuve. « Heu, oui? Si vous voulez. Je… Oui. Suivez-moi. »
Un premier cadavre gisait sous une toile, encore couché dans un fauteuil aligné avec l’entrée béante de la maison. Le fusil qui se trouvait juste en-dessous de sa main ouverte laissait croire qu’il montait la garde au moment de la frappe. Trois autres individus avaient été abattus dans le couloir qui menait aux chambres. Ceux-là étaient en train d’être examinés par l’équipe médicolégale. Deux d’entre eux étaient enlacés, peut-être portés par un élan de fraternité face à la mort. Des trous de balle constellaient les murs du passage.
« A-t-on identifié les victimes?
— Pas formellement. Mais c’est des gars de Fusco. Inner circle. »
Ils ne pouvaient pas aller plus loin sans être dans les jambes des enquêteurs. « La pièce au fond est fortifiée, grille, cadenas, tout le tralala. Les suspects n’ont pas dû avoir le temps de la forcer : on a récupéré quatre paquets d’un kilo de poudre blanche à côté d’un coffre-fort.
— De la coke?
— Les gars pensent que c’est plutôt de l’héroïne », dit l’agent sur le ton de la confidence.
Quatre kilos… Une fortune. On pouvait tuer pour moins que ça. « Un instant, dit Sutton. À côté du coffre-fort?
— Ouais. C’est bizarre, hein? »
Comment expliquer que des briques valant plusieurs centaines de milliers de dollars soient déposées là… À moins que le coffre-fort en soit déjà plein?
Un coup d’œil à Caron lui donna l’impression qu’il pensait la même chose.
« Est-ce que ça serait les fameuses noix de coco? », souffla Caron à l’oreille de Sutton. Des mafiosi sous écoute y avaient souvent fait allusion au cours des dernières semaines. Les forces policières n’avaient toutefois pas recueilli assez d’information pour être en mesure de contrer ce complot.
L’héroïne avait dû être planquée là dans le plus grand secret, pour être écoulée graduellement… Cette frappe indiquait, par conséquent, que quelqu’un avait laissé filtrer l’information à un tiers parti. Mais qui? Il n’en avait pas la moindre idée, et cela le perturbait.
C’était la deuxième frappe consécutive contre le clan Fusco, après celle contre Abel Laganà et ses hommes. Sutton aurait été naïf de croire que la paix durerait longtemps dans La Cité… Une hypothèse plausible était que l’ex-clan Lytyvn ait maille à partir avec le parrain de la Petite-Méditerranée.

Ou, plus inquiétant, qu’une nouvelle force cherchait à se tailler une place sur l’échiquier de La Cité. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire